zooschweiz - Verein wissenschaftlich geleiteter zoologischer Gärten der Schweiz
zoosuisse - Association des parcs zoologiques suisses gérés de façon scientifique

Réintroduction de l’ibis chauve

Pourquoi une réintroduction est-elle nécessaire?

Les ibis chauves comptent parmi les espèces d’oiseaux les plus menacées au monde. Ils sont classés «En danger critique» dans la liste rouge de l’UICN. Il s’agit de la catégorie de menace la plus élevée. La population restante de cet oiseau autrefois répandu en Afrique du Nord, au Proche-Orient ainsi qu’en Europe centrale et du Sud, vit aujourd’hui dans quelques colonies établies dans deux réserves du Maroc. La population de nicheurs se réduit aujourd’hui à 120 couples et ce, pour une population totale de 500 à 600 individus.

La station ornithologique de Sempach est un institut géré scientifiquement qui a publié un ouvrage très complet intitulé «Les oiseaux de Suisse» (2007), où elle classe l’ibis chauve parmi les espèces indigènes. Elle y indique que cet oiseau a disparu de Suisse au XVIIe siècle. L’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) considère également la Suisse comme une ancienne aire de répartition de l’ibis chauve.

En raison de différentes descriptions trouvées dans des documents historiques, on part du principe que l’ibis chauve n’a pas disparu de Suisse du fait de changements climatiques, de l’expansion de l’agriculture ou de la déforestation, mais parce que l’oiseau et ses œufs étaient des mets appréciés. La chasse et la collecte des œufs dans les sites de nidification ont très vraisemblablement conduit à l’extermination de cet oiseau par l’homme.
Au vu de ces faits, la Suisse porte une grande part de responsabilité concernant la sauvegarde de cette espèce en voie d’extinction.

Des ibis chauves du projet de recolonisation d’Allemagne et d’Autriche en vol vers la Toscane/Waldrappe aus dem Wiederansiedlungsprojekt in Deutschland und Österreich auf dem Flug in die Toskana. Photo: Waldrappteam